[Page d'accueil] [Sitemap] [Actualité] [Tous les OS] [Téléchargement] [Liens] [Le projet] []
L'article




1616 mots.

Cette page n'est plus mise à jour en français. Pour obtenir les dernières informations, veuillez consulter la version anglaise.
[ ABC ] [ DEF ] [ GHI ] [ JKL ] [ MNO ] [ PQR ] [ STU ] [ VWX ] [ YZ ]

Sigles et abbréviations



[ABC]

ACPI Advanced Configuration Power Interface
ACPI se réfère aux fonctions liées à l'alimentation électrique, qui permettent par exemple de connecter un ordinateur portable à une station d'accueil ou de l'en déconnecter sans l'éteindre. La fonction d'économie d'énergie OnNow peut mettre un ordinateur compatible ACPI en mode veille et le réactiver. Suspend-To-Disk est une technique de restauration d'une session de travail. Les cartes-mères modernes supportent par exemple la remise en route de l'ordinateur par simple appui sur une touche du clavier.

API Application Program Interface
Pour qu'une application reste exécutable d'un système d'exploitation à un autre, ces derniers doivent lui fournir une interface commune.
Exemple: Les composants Win32c sous Windows 95 ou Windows 98 SE, compatibles en partie avec les programmes Win32 sous Windows NT

AppleTalk Protocole réseau
AppleTalk est le protocole réseau standard des ordinateurs Macintosh.

BASIC Beginner's All-purpose Symbolic Instruction Code
BASIC est un langage de programmation simple dont les programmes sont exécutés par un interpréteur BASIC.

Bureau (Desktop)
On désigne par Bureau le composant d'une interface graphique qui assure la gestion des zones de travail. Les utilisateurs ont accès à leurs documents et outils comme sur un vrai bureau (bien rangé).

[DEF]

[GHI]

GUI Graphical User Interface
C'est en 1945 que furent publiés les publications du Docteur V. Bush der Grundstein et les résultats de ses recherches sur les logiciels graphiques. Le modèle Memex ne se concrétisa cependant pas à cette époque-là.
Avec le développement de la souris dans les années 60, on disposait pour la première fois d'un dispositif de pointage pour les ordinateurs, permettant d'utiliser les interfaces graphiques de manière efficace.
Les premiers développements d'interfaces graphiques pour ordinateurs personnels commencèrent chez Xerox PARC (Centre de Recherches de Palo Alto) dans les années 70. A la même époque, Xerox présenta le premier ordinateur personnel disposant d'une interface graphique et de fenêtres pouvant se recouvrir les unes les autres. Cet ordinateur fut surtout utilisé dans un contexte universitaire. Le Xerox Star (Typ 8010), premier ordinateur destiné à une utilisation commerciale et doté d'interface graphique et d'un port Ethernet, arriva sur le marché en 1981. En 1985, la technologie Star fut transférée au projet Elixir Desktop, une interface graphique pour PC.
Apple utilisa à sa façon cette interface graphique dans l'ordinateur "Lisa" en 1983, puis dans le Macintosh en janvier 1984. La même année, Visi Corp proposa l'interface graphique Visi On, spécialement pour les IBM PC, et Digital Research fit de même avec GEM pour les systèmes Intel/DOS. Peu après, l'actuel système X Window pour systèmes Unix fit son apparition au MIT.

IPX/SPX
L'IPX/SPX est indispensable pour la communication avec les anciens serveurs Novell NetWare, jusqu'à la version 4.x. C'est en tout cas un protocole efficace pour les petits réseaux.

[JKL]

[MNO]

Multitasking
Par MultiTasking (Multi-tâches), on entend "exécution quasi-parallèle", simultanée, d'un nombre quelconque de tâches. Cela est rendu possible par les capacités de partage de ressources du système d'exploitation. Les accès sont découpés en laps de temps infimes, de l'ordre de la ms ou même de la Ás dans les systèmes d'exploitation temps-réel.

Multiprocesseur
Lorsque l'OS est capable de répartir les calculs sur plusieurs processeurs, on parle de capacité SMP (Système Multiprocesseur Symétrique). Ces processus s'exécutent alors simultanément en parallèle. Lorsque l'on dispose de 2 processeurs ou plus sur une carte-mère, la capacité de calcul croît en proportion. Une partie des ressources est utilisée pour la répartition des tâches entre processeurs, et la gestion des conflits qui peuvent se produire si plusieurs processeurs tentent d'accéder en même temps à la même zone mémoire. La condition pour qu'un programme s'exécute plus rapidement sur un système SMP est qu'il soit écrit spécialement pour ce type de systèmes.
Exemples : BeOS, Linux et Windows NT/2000 dans les versions correspondantes - un version pour chaque processeur

Multi-utilisateur
Désigne un système d'exploitation qui permet à plusieurs utilisateurs d'être connectés et de travailler sur un système.

NetBEUI
NetBEUI est un protocole réseau développé par Microsoft, qui se distingue des autres protocoles par sa performance dans les petits réseaux. Il ne peut donc pas être utilisé par les routeurs.

[PQR]

PDA Personal Digital Assistant
Les PDA sont des agendas électroniques qui peuvent faire office de carnet de notes ou permettre d'accéder à internet pour des services comme le WAP et l'e-mail. Des applications telles que le traitement de texte sont ainsi utilisables de façon nomade.

POSIX Portable Operating System for unIX
POSIX est une spécification pour l'utilisation unifiée de l'API et le développement de programmes compatibles. Il est ainsi possible, après portage, d'exécuter des applications UNIX sous Windows NT ou d'autres systèmes d'exploitation. Un standard unificateur a été mis en place pour assurer la compatibilité des développements effectués sous les différents systèmes dérivés d'Unix. Il permet également de péréniser les investissements, car les applications sont alors transférables vers d'autres versions d'Unix.

Protected Mode
Le mode protégé est supporté par tous les processeurs x86 depuis le Intel 286. Il permet ainsi d'adresser jusqu'à 4 Go de RAM. La largeur de bus est de 32 bits, et pour des raisons de compatibilité, les programmes peuvent aussi s'exécuter en 16 bits. Windows 9x/NT fournit pour cela une machine virtuelle pour exécuter les programmes nécessitant le mode réel, comme les programmes MS-DOS. L'environnement est alors 16 bits, en mode exclusif.

Real Mode
Le mode réel est un mode d'exploitation utilisé par le processeur Intel 286. Dans ce mode, 1 Mo de RAM est adressable, et la largeur de bus est de 16 bits. Un exemple de système d'exploitation fonctionnant en mode réel est MS-DOS sans Extender.

[STU]

TCP/IP
Transfer Protocol / Internet Protocol
Protocole standard pour l'internet et les gros environnements réseaux. Il est utilisé depuis 1982, après qu'il ait supplanté l'ancien protocole NCP (Network Control Protocol). Provisoirement en 32 bits dans sa version 4, il sera remplacé dans un futur proche par le TCP/IPv6, qui contient quelques améliorations et dont la capacité d'adressage est beaucoup plus étendue, en l'occurence 128 bits.

Thread
Si on veut exécuter des programmes sur des ordinateurs mono-processeurs, comme s'ils s'exécutaient sur des systèmes multi-processeurs, on fait appel à des bouts de code pouvant s'exécuter en parallèle, que l'on nomme threads, et qui peuvent alors être répartis sur plusieurs processeurs, et ce avec un faible temps de latence par processeur. Exemple: le fait de pouvoir imprimer depuis une application, et y taper du texte durant l'impression, sans que celle-ci ne soit interrompue

Pilote
-> voir aussi Modèle des pilotes (Windows)
Un pilote de périphériques est un programme qui s'intercale entre un périphérique et l'application ou le système d'exploitation. En supplément de la communication entre pilotes, comme pour un cryptage du système de fichiers, ils peuvent aussi donner accès à des périphériques purement virtuels, comme par exemple les systèmes de fichiers, les protocoles réseaux, les disques RAM, ou même la fenêtre DOS sous Windows.
La maturité d'un pilote a des répercussions au niveau des performances (spécialement dans le cas des chipset de carte-mère), des fonctionnalités (carte graphiques Dual Head) et peut décharger le processeur lors des accès disques en mode DMA.
Pour accéder à un périphérique, une application effectue un appel au système d'exploitation, par l'intermédiaire de l'API. Après analyse de la demande au pilote en question, l'accès est accordé, sous réserve de disponibilité du périphérique. La communication directe entre l'application et le pilote ou le matériel est largement plus rapide que si elle passe par des appels système, mais elle se déroule alors sans contrôle ou protection particulière. Les indirections vers le système d'exploitation et les interfaces rendent difficile la tâche de l'utilisateur lorsqu'il s'agit de diagnostiquer des dysfonctionnements. La plupart ignorent si l'erreur provient de l'application, du système d'exploitation ou du pilote lui-même.
Les applications sont ainsi installables avec un coût substantiellement moindre sur un base plus large de matériels, sans qu'elles n'aient à être réadaptées à chacun des périphériques à utiliser. De même, les développeurs de pilotes de périphériques peuvent se concentrer sur la communication au niveau du matériel, sans avoir à se préoccuper outre mesure des programmes applicatifs.
Le code source des pilotes d'une plate-forme donnée (PowerPC à x86) ne peut être porté sans adaptation préalable vers un autre système d'exploitation (Windows 9x à Windows NT), à moins que les mécanismes sous-jacents soient identiques.
Pour finir, on notera qu'il est de plus en plus courant d'effectuer manuellement les dernières optimisations depuis les logiciels, que ce soit pour abaisser la fréquence de pannes, atteindre des performances optimales ou augmenter la stabilité. Exemples:

[VWX]

WDM Win32 Driver Model
Ce standard fut établi en 1996 par Microsoft, et régit le noyau des pilotes de périphériques pour Windows. Les fabricants se servent de ces interfaces pour développer des pilotes compatibles avec les applications et le noyau du système, excepté pour les pilotes de cartes graphiques.
En voici les avantages :

[YZ]